Un mot difficile à traduire : talafsa (hydre, kabyle)

Camille Lacoste-Dujardin, ethnologue, présente ici les trésors de traduction déployés par les Pères Blancs pour traduire le mot talafsa, - l'hydre, redoutable créature que l'on rencontre parfois au fond des puits dans les contes kabyles. Pour plus de détails, se reporter au Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie (Paris, La Découverte, 2005).

Gloses de traduction et explicitation du contexte

Conter entre les langues et les cutlures est un art qui demande une grande agilité in situ, une adaptation à des auditoires divers, en connivence ou non avec les usages et codes culturels de l'histoire narrée. Des traductions s'improvisent : de leur succès linguistique, culturel, esthétique, va dépendre la capacité du conte à se faire entendre, à circuler, à se charger d'une histoire de sa propre histoire : une nouvelle poétique ?