Histoires à enchaîner : un Atelier de Jean Porcherot

Parole d’un conteur/ 1 Présentation générale

Il était une fois un professeur de lettres classiques qui lisait beaucoup, écrivait parfois, se taisait souvent. Un jour il fit la rencontre de gens qui contaient. Un conteur ! Quel curieux animal ! Il parle et je l’écoute. Et l’enseignant a suivi peu à peu le chemin de ce monde étrange. Cet enfant de la ville, sans tradition orale, est devenu conteur, « néo-conteur ». Et même il apprend à conter à des personnes qui, comme lui, viennent du livre. Dès lors il s’est très tôt posé la question : comment amener les  « apprentis conteurs » à passer rapidement « de l’écrit à l’oral » pour essayer de comprendre ce qu’est cette nouvelle oralité. Il a expérimenté plusieurs situations, a proposé des exercices variés. Un a semblé être d’une efficacité redoutable, celui que Nadine Decourt nomme « Histoires à enchaîner ».

Histoires à enchaîner : corpus

Première série de douze contes

Conte 1 : Nasreddin Hoca (conte turc)

Conte 2 : Une histoire de Chelm (conte juif)

Conte 3 : La gourde de l’araignée (conte africain)

Conte 4 : Le foie (conte kabyle)

Conte 5 : La goutte de miel (conte arménien)

Conte 6 : Les trois haches (conte russe ? Tolstoï)

Conte 7 : La bourse de pièces d’or (conte juif)

Conte 8 : Chasseur, fils et filles oiseaux (conte africain)

Conte 9 : Conte de mensonge (conte français)

Conte 10 : Dans l’avion de Johannnesbourg (racisme) (anecdote moderne)

Conte 11 : Fer à cheval et cerise (conte espagnol)

Conte 12 : Randonnée « La souris métamorphosée en fille » (conte indien)

 

Histoires à enchaîner : un atelier qui a une histoire

en préparation

Un Atelier que beaucoup ont pratiqué à Saint-Etienne, à Lyon ou ailleurs. Cet atelier a beaucoup voyagé.

Certains sont devenus conteurs, d'autres y ont puisé des ressources insoupçonnées (et même gagné beaucoup d'argent : la parole fait vendre !), d'autres ont déjà transmis une partie du répertoire à leurs enfants. Certains contes ont migré à Cuba. Des témoignages plus précis seront ici les bienvenus, en toutes les langues : des paroles à tisser.

(ici, à Thessalonique, Grèce, mai 2016)